Vente de terrain à la Société PERNAT

Intervention de Jacques GUICHOUX

Nous allons voter favorablement, je dirai très favorablement, en faveur du projet foncier présenté par notre collègue. Projet destiné à permettre la poursuite du fort développement d’une belle entreprise industrielle, la Société Pernat installé ici, dans la zone de Berlincan, une PMI dont nous pouvons et devons être fiers.
Pernat est une entreprise labellisée « Usine du futur », ce programme régional qui distingue les industriels innovants, sobres en énergie, avec des modes de production dits intelligents, adaptables, flexibles. Pernat a depuis décembre 2014, en quatre ans, créé 20 emplois passant à un effectif de 50 employés et prévoit grâce un nouveau contrat avec Renault d’en proposer 17 autres. A ma connaissance, l’activité de cette entreprise (décolletage de pièces mécaniques pour des grands industriel automobiles) ne pose pas de problème particulier dans le secteur. Sinon, vous lui auriez fait d’autre proposition en regard de ses projets d’extension comme vous l’avez fait par exemple pour une carrosserie.
Il faut dire que ce type d’entreprise n’a pas toujours été « apprécié » par certains ici présents, certains qui n’ont pas hésité à souhaiter leur départ et paradoxalement confortent aujourd’hui leur implantation.
Un rappel « historique » (comme nous y avons souvent eu le droit dans cette enceinte) s’impose : Pernat a repris fin 2014 Altia qui avait repris du fait de « reprises-cession » Aquidec. La hélas célèbre (tout du moins en 2004-2005) Aquidec.
Aquidec, filiale d’Eurodec, externalisation de la mono industrie incarnée par Ford Blanquefort qui avait racheté en 2003 un bâtiment industriel à Berlincan. Aquidec, installation dite classée uniquement parce qu’elle devait disposer d’une petite cuve d’acide nécessaire à certains processus. Aquidec qui fit couler tant d’encre (et il n’y avait pas de réseaux sociaux !), en particulier via des tracts dramatisant les risques, inquiétant les populations environnantes. Aquidec qui nous valut des manifestations, des invectives en conseil municipal mais aussi le soutien du groupe de Jacques Bouteyre (mais c’était une autre époque). En février 2005 le Préfet autorisa l’implantation. Et l’histoire de ce réel succès industriel peut débuter.
Tout cela fut attisé par ceux qui souhaitaient faire passer le maire de l’époque et ses colistiers pour des apprentis sorciers irresponsables, alors que notre objectif était celui de la création d’emploi dans une zone dédiée à cela.
Pour terminer ce rappel historique, il convient d’évoquer la délibération du 23 juin 2006 au Conseil de CUB. Il s’agissait d’accompagner l’investissement immobilier pour 120 000 € (soit 4%) comme le Conseil Général, la Région apportant 250 000€. Cette délibération d’équipement fut votée à la majorité, hormis les voix des groupes des Verts, des communistes et de… de Jacques Mangon.
Sur ce dossier, la clairvoyance donc était de notre côté… De même que le courage politique. Une dernière remarque : dans ce domaine compliqué du monde économique, il faut se garder de donner des leçons aux autres et d’avoir des certitudes.

Intervention de Jacques GUICHOUX en conseil municipal le 12-12-2018 concernant une vente de terrain à société PERNAT.