Un budget qui ne prend pas en compte l’égalité femmes/hommes

Intervention de Véronique DURAND

Nous regrettons que votre budget ne soit pas aussi un outil pour analyser les finances de la collectivité sous l’angle de l’égalité femmes/hommes.

Pourtant, cette analyse conduirait à se demander si la collecte (impôts, taxes, paiements des services….) et la distribution des ressources financières (subventions aux associations, investissements dans des équipements, fonctionnement des services….) renforcent ou diminuent les inégalités entre les sexes.

Si cette démarche avait été instaurée et prise en compte dans vos budgets successifs, cela révèlerait forcément aujourd’hui, les asymétries liées aux offres proposées sur la commune.

Pour y remédier, il s’agirait alors de proposer des ajustements et des modifications budgétaires pour mieux garantir l’égalité. Malheureusement, vous en êtes bien loin…

Nous regrettons que votre politique ne se traduise pas par des choix financiers qu’il serait pertinent d’acter sous l’angle de l’égalité. Alors que d’un côté dans votre rapport de situation sur l’égalité femmes – hommes vous écrivez : « à St-M les femmes sont plus souvent touchées par le chômage et elles sont plus nombreuses que les hommes à être à la recherche d’un emploi / Les femmes mono parents sont majoritaires / Plus souvent sans diplôme que les hommes / Elle sont globalement moins payées que les hommes ». Tandis que de l’autre côté,

Concernant vos choix financiers :

  • Suppression du Plan Local pour l’insertion et l’Emploi (PLIE)
  • Suppression du service emploi de la ville
  • Suppression d’associations qui œuvraient pour la prévention et la médiation
  • Suppression l’été de tous les séjours d’activités nautiques et de pleine nature pour les jeunes saint-médardais
  • Réduction des horaires en centres de loisirs
  • Suppression de la gratuité pour les temps d’activités périscolaires (TAPS) et suppression de ces activités dans le cadre de la réforme scolaire dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires…

Avec des conséquences malheureuses pour des familles et des femmes de toutes les générations, jeunes femmes, mères, grand-mères, retraitées :

  • Qui élèvent seules leurs enfants,
  • Que nous croisons à l’école, aux caisses des supermarchés et qui reposent dans les rayons des produits qu’elles ne peuvent pas acheter,
  • Qui passent leur vie à envoyer des CV auxquels les entreprises ne répondent jamais,
  • Qui enchaînent des CDD pour si peu d’heures par semaine, quelques contrats en intérim dans des supermarchés, ou comme auxiliaires de vie, ou pour un peu de ménage dans les ddes écoles, des maisons de retraite,
  • Qui sont obligées d’accepter des contrats précaires, loin de chez elles, avec un salaire qui disparait dans le gouffre des transports,
  • Qui n’ont jamais assez d’argent pour payer des vacances à leurs enfants, pour offrir le moindre loisir ou la moindre activité extrascolaire,
  • Qui reçoivent des montants substantiels des aides qui leur permette de survivre : RSA, allocations familiales… mais qui préfèreraient travailler …
  • Qui même quand elles traversent la rue ne trouvent pas de travail,

Force est de constater qu’à Saint-Médard En Jalles, des inégalités perdurent encore, il suffit, depuis plusieurs années,  de prendre connaissance de vos différents budgets et de vos rapports de situation sur l’égalité femmes/hommes.

Intervention de Véronique DURAND en conseil municipal le 12-12-2018 concernant le budget 2018.