Un Budget 2019 très décevant.

Modifier

Intervention de Bernard Cases.

Comme le rapport d’orientation budgétaire le laissait déjà entendre lors de sa présentation il y a trois semaines, le budget 2019 que vous présentez est un budget prévisible sous tous ses aspects, prévisible et donc décevant.
Pourquoi est il décevant ? Car ce budget ne prépare pas notre ville aux défis qui sont devant nous : la transition écologique et la transition démocratique.
Comment après 5 ans de mandat pouvez vous manquer d’un tel souffle ?

Si l’on examine les dépenses de fonctionnement, celles qui assurent la qualité de la vie quotidienne des habitants, nous constatons que nous vivons désormais un service public local dégradé comme on le dirait en matière d’informatique, les fonctions essentielles sont là, présentes mais à minima et parfois même en deçà de ces minima et ce n’est pas la faute des fonctionnaires municipaux qui font avec les moyens humains et matériels que vous leur attribuez,quelques exemples :

La subvention au CCAS, elle ne progresse plus depuis trois ans alors que la population a fortement augmenté depuis, que la précarité et la pauvreté se sont développées dans le pays aux dires de la présidente du Secours Catholique et qu’une situation d’urgence humanitaire s’est présentée dans notre commune. Peu importe les conditions dans lesquelles des personnes se sont installées dans des maisons abandonnées depuis des mois, pillées et squattées plusieurs fois, mais face à la détresse humaine, la première et la seule démarche est d’y répondre avant tout.
Rien de plus au budget de la commune
-Les subventions aux associations, leur montant global reste inférieur de plus de 100 000 € à celui qui était versé en 2013 par la précédente équipe et vous avez même rogné les 20000€ qui étaient attribuées aux associations qui intervenaient au cours des TAPS , encore une preuve que votre volonté de revenir à la semaine de 4 jours n’était dictée que par de misérables considérations financières.
La subvention au Carré des Jalles progresse uniquement pour couvrir des frais de surveillance incendie du bâtiment , rien pour la programmation des spectacles au risque assez rapidement que soit posée la question de la qualité des spectacles.

Vous n’avez pas évoqué dans vos présentations, le retour en force dans notre commune de la pénalité imposée par le préfet à la commune pour ne pas avoir respecté la loi relative au logement.
Après avoir bénéficié pendant 3 ans de l’action menée par ses prédécesseurs en matière de logement qui a permis d’exonérer la ville de sanction financière, depuis l’an dernier, en 2 ans la commune a payé 420 000€ de pénalité pour n’avoir pas su programmer correctement la construction de logements, 420 000€ perdus par la seule incapacité de cette équipe municipale , on paye le moratoire que vous avez instauré sur le logement en arrivant en 2014 aujourd’hui encore et peut-être les années suivantes, on peut en faire des projets avec près d’un demi million d’€ perdu sans raison ou peut-être pour complaire à une frange de votre électorat.

Je finirais pour montrer combien les services rendus à la population se sont dégradés, cet exemple va beaucoup plaire à l’un de vos adjoints
dans un lotissement créé il y a 25 ans, pendant ces 25 ans jusqu’en 2017, l’entretien des espaces verts était assuré par la commune qui une fois par an faisait passer le tracteur au cours d’une demie journée.
Cette intervention était justifiée notamment par le fait que cet espace vert entouré un bassin d’étalement, équipement d’intérêt général qui desservait le quartier tout entier, cette année fin de l’entretien , c’est aux riverains de se débrouiller à leurs frais.

En ces périodes où le contribuable se demande parfois où passe ses impôts ces riverains savent au moins que leurs impôts ne passent plus dans cet entretien. Vous pourrez justifier comme vous voulez cette nouvelle pratique mais un service qui a été rendu pendant 25 ans par la commune ne l’est plus aujourd’hui, il faut constater que la commune fait désormais les fonds de tiroir en matière de service rendu à la population.
Pour les recettes de fonctionnement une remarque, nous avons dénoncé la vente systématique du patrimoine communal depuis votre arrivée sans que vous vous préoccupiez de recomposer ce patrimoine perdu
on constate que les loyers versés à la commune étaient en 2013 de près de 700 000€, ils n’atteignent plus désormais que 200 000€ la commune perd, en loyers, chaque année l’équivalent de la vente de la maison Silhouette en centre ville.
Pour l’investissement , à un niveau historique pour la décennie, ce qui a laisser penser que les prédécesseurs ont du mieux faire par le passé sinon vous auriez sans doute modestement dit que le niveau des investissements était le plus élevé de tous les temps, on peut le répartir en deux masses :
– les investissements qui répondent à une adaptation des équipements en raison de la hausse de la population, il s’agit de l’agrandissement de l’école de Cérillan. Rappelons que vous vous étiez engagé dans votre campagne électorale à construire une école à Issac, promesse de campagne vite abandonnée sans explication.
Vous ne faites à travers ce projet sur Cérillan que reprendre l’action de vos prédécesseurs qui dès 2013, avaient mis en œuvre la construction de deux nouvelles classes.
Ce projet ne vise qu’à assurer l’accueil des enfants dans ces quartiers de Saint Médard en fort développement depuis plus de 10 ans.
– On peut évoquer aussi la réfection de la piste d’athlétisme, nous souhaiterions cependant que cet équipement en raison de son impact prévisible soit considéré comme un équipement d’intérêt métropolitain
le deuxième type d’investissements correspond à des projets discutables contre lesquels nous nous sommes élevés.
Nous pensons, bien sûr d’abord à la place de la République dont vous sous estimez systématiquement le coût des travaux en refusant d’y intégrer le montant des parkings construits à côté et dont il a fallu acquérir les terrains et assurer leur aménagement c’est sans doute plus d’un million d’€ qu’il faut rajouter à la facture.
Parlons d’ailleurs, votre projet Renaissance du centre ville dont vous louez aux quatre coins du centre ville les qualités ,heureusement qu’en matière de communication politique la publicité mensongère n’existe pas car lire, par exemple que le tram sera à Saint Médard en 2023 alors que vous savez pertinemment que la date est au mieux 2025 et encore en l’absence de recours contentieux et que ce projet n’a pas reçu le début du commencement d’un financement de la Métropole et que sans financement un projet reste un projet.
N’oublions pas que vous aviez prévu l’arrivée du tram en …2019
le plus incroyable dans cette communication sur le projet Renaissance est cette phrase lue sur un des panneaux, je cite :  « un tissu commercial renforcé ».
En lisant çela, on pense que vous avez fait votre cette pensée nietzschéenne : « ce qui ne tue pas rends plus fort » .
Il n’est pas sur que les commerçants apprécient quand on voit l’état des commerces du centre ville , un commerçant ayant même affiché les pertes d’emplois engendrées par le lancement de cette opération.
J’ai le souvenir, il y a 7ou 8 ans d’un article dans le journal local lors de la création de la ZAC de centre ville.
Vous aviez eu, Mr Mangon , c’est vrai qu’en ce temps là l’opposition exprimait son point de vue sur les projets municipaux, vous aviez donc Mr Mangon, tiré à boulets rouges sur le manque de commerces , ce désert commercial , ces locaux vides.
Je me permets de suggérer au journal local de faire un article sur l’état du commerce de centre ville après 6 mois de travaux en prolongeant l’article sur la situation du marché du samedi où les commerçants ont constaté des baisses d’activité de 15 à 30% et où même certains commerçants présents depuis des années ont fini par plier boutique. Il est vrai que l’on rencontre sur le marché le vendredi de Saint Aubin de très nombreux Saint Médardais qui ont abandonné le marché du samedi dans notre ville.

L’autre projet concerne la destruction du centre PMF, bâtiment en rez de chaussée et son remplacement par un immeuble de 5 étages préfigurant sans doute vos projets sur la zone de Cassey Viney.
Dans ce budget, il manque, malgré l’autosatisfaction dont vous et votre équipe faites preuve, tout ce qui devrait être la préparation de l’avenir de notre commune : la transition écologique et la transition démocratique
transition écologique « pensez global, agir local ».

Le seul élément qui ressort dans ce budget, en la matière, concerne le remplacement des lampes de l’éclairage public, c’est un programme qui a débuté , avant votre arrivé, dès 2013, par un marché triennal d’achat de matériel. 6 ans après il se prolonge encore pour le reste rien.
En 2014 la commune produisait elle même 23% de l’énergie qu’elle consommait à travers des équipements pilotes pour l’époque en chaufferie bois pour le centre aquatique ou le Carré des Jalles et par un vaste plan de pose de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments publics
où en est-on aujourd’hui, ? Quel est le niveau d’autoproduction de l’énergie consommée par la collectivité ? Aucun élément fourni
de même, la commune était engagé, en 2013, dans un vaste plan de réduction du gaspillage alimentaire dans la restauration scolaire, que la CUB, à l’époque, accompagnait et finançait , où en est-on aujourd’hui ?

Vous vous réjouissez de la baisse du coût d’achat des denrées alimentaires grâce à un groupement d’achat, alors même que le nombre rationnaires grandit chaque année, cette démarche de concentration des achats en grande quantité,exclut le commerce local comme fournisseur de nos cantines et par ailleurs, qu’en est il du développement de repas bio ou de l’approvisionnement auprès de fournisseurs en circuit  court ?
La transition démocratique, la démocratie locale ne peut pas se résumer à un vote une fois tous les 6 ans , les événements récents, quel que soit le regard que l’on porte sur eux, nous rappellent une chose :
– on ne décide pas pour les gens mais avec eux.
Rien dans ce budget ne prépare à ce défi, je ferai l’économie d’un bilan sur vos conseils de quartier , votre charte sur le bien construire, où une commission va , en fait, s’assurer que la loi est respectée et que les cahiers des charges ont été appliqués par les promoteurs immobiliers, ce qui paraît être un minimum, ni même de vos prétendues réunions d’informations-concertations (ou inversement).
De nombreuses collectivités, communes et départements ont développé des budgets participatifs, la ville de Paris met ainsi 45€ par habitants pour ce faire , en France c’est aux alentours de 5€ par habitant qui sont consacrés à ces budgets
A Saint Médard , cela ferait donc 150 000€ qui pourraient revenir à la population, rappelons qu’en 2013 chaque conseil de quartier disposait de 30 000€ soit 90 000€ en tout pour des projets spécifiques portés directement par les habitants.
D’autres lieux doivent être mis en place , d’autres mécanismes tels le référendum doivent être expérimentés, si l’on veut faire vivre la démocratie et faire participer véritablement les habitant , rien encore une fois rien dans ce budget.
Voilà ce que l’on aurait pu attendre d’un budget dynamique et tourné vers l’avenir permettant de réconcilier les habitants avec la chose publique, avec la politique.

Intervention de Bernard CASES  en conseil municipal le 12-12-2018 concernant le budget prévisionnel 2019.