Un rapport d’orientation budgétaire désorienté.

Intervention de Thierry OUILLADE au conseil municipal du 21 novembre 2018 concernant le rapport d’orientation budgétaire (ROB).

Alors que l’association des régions de France,

Alors que l’association des départements de France,

Alors que l’association des maires de France sont vent debout face à la politique de gouvernement et du président Macron au point que ce dernier, revenant sur ses propres engagements, ne se rendra pas au salon des maires, préférant recevoir dans son palais, une délégation de maires triées sur le volet, Mr Mangon a décidé « d’assurer sa part dans le redressement des finances publiques ».

Bel aveu de cette volonté, mais il ne faut pas oublier qu’il n’avait eu de cesse de torpiller les actions des précédents gouvernements en la matière.

Pour cette majorité municipale le but ultime est de limiter au maximum les dépenses de fonctionnement en revendiquant le choix qui a été le sien de contractualiser avec l’Etat en limitant ces hausses à moins de 1,35%.

Seules 16 communes sur près de 36000, se sont imposées cette démarche non obligatoire.

M Mangon en est tellement fier qu’il en parle dans plusieurs passages de ce Rapport.

Nous considérons que si une collectivité doit assurer une maîtrise de ses dépenses de fonctionnement, çà ne doit jamais être au détriment des services rendus à la population Or, aujourd’hui, ces services se dégradent, malgré l’action du personnel exemplaire dans notre commune.

Pour le reste du ROB on relève une autosatisfaction habituelle chez vous et un peu risible, quand vous parlez de « parfaite santé financière ».

Comme les années précédentes, vous présentez des tableaux d’évolution des divers éléments du budget en faisant bien attention à ne pas faire apparaître ce qui pourrait gêner votre démonstration sur la qualité de votre gestion.

L’année de référence n’est jamais la même !

Une fois, c’est 2012, puis 2013 enfin 2015 date à laquelle vous avez présenté votre premier budget en responsabilité

Par honnêteté intellectuelle, vous auriez pu prendre la même année de référence, mais cela aurait eu pour effet de montrer des actions négatives dans ce bilan.

Nous tenons à rappeler qu’en 2012 les dépenses de personnel étaient en hausse, c’est sûr, et on l’assume. Mais c’était l’année où a ouvert Cap Ouest avec une ludo-médiathèque, une crèche et un espace parentalité. Nous ouvrions des services supplémentaires pour les saint-médardais.

Vous avez débaptisé Cap Ouest pour lui donner le nom de Simone Veil car vous vous saviez incapable de réaliser, au cours de votre mandat, un équipement digne de son nom.

Sur l’endettement vous voulez nous faire croire qu’une capacité de désendettement de 8 ans relève de l’exploit. J’ai pu lire, il y a quelques jours dans le journal S/O que dans la commune voisine de Mérignac la durée était… d’un an.

Donc beaucoup d’autosatisfaction, mais l’indication d’aucune perspective claire pour notre commune, vous ne répondez à la question que se posent de nombreux saint-médardais :

Que voulez-vous faire de notre ville ?

Le terme d’urbanisation n’apparaît pas dans ce texte de 16 pages, comme d’ailleurs d’autres mots, signe que des pans entiers de politiques publiques sont absents de vos réflexions mais nous y reviendrons lors de la discussion budgétaire.