Mangon, un Maire dans le déni de solidarité.

Mr Mangon, maire de Saint-Médard en Jalles et sa majorité, n’ont qu’une seule réponse face à la détresse humaine. Ils se dédouanent de solidarité en avançant que le collectif de « la zone du dehors », dans le cadre d’une démarche humanitaire, a agi dans l’illégalité en permettant à des familles à la rue, de trouver un toit. Des familles qui n’ont aucune solution d’hébergement. Cette démarche est soutenue par Médecins du Monde, Réseau d’Education sans Frontières, les enfants de Coluche et la Fondation Abbé-Pierre.

Intervention de Véronique DURAND au Conseil Municipal du 21 novembre 2018 – Vœu exprimé par les trois groupes : PS-PRG, de M. Cristofoli et de M. Morisset.

Mr Mangon vos propos sont choquants et inadaptés.

Depuis le 11 novembre 2018, notre ville est concernée par une situation humanitaire extrême et inédite exigeant une démarche de solidarité.

Le collectif citoyen « Zone du Dehors » a procédé à la « réquisition sociale » d’une dizaine de maisons (destinées à être démolies), situées allée Dordins en centre-ville, afin d’y installer une soixantaine de personnes sans abri, dormant dans la rue, en situations très précaires.

Ces logements inoccupés appartiennent à la société Ariane Group. Ils ne vont pas être détruits à court terme et peuvent donc servir de logements provisoires.

Nous demandons que la ville traite cette nouvelle situation en priorité et prenne en compte les besoins et les attentes des personnes qui logent aujourd’hui dans ces maisons.

Cela ne se passe pas à des centaines de kilomètres, cela ne se passe pas dans des communes régulièrement confrontées à ces situations comme Bordeaux, Bègles, …

Cela se passe ici : c’est dans notre ville que nous pouvons constater la terrible réalité de la détresse humaine.

Une réponse à la hauteur doit être apportée.

La ville en a les capacités, elle doit en avoir la volonté.

Il faut donc rapidement, entre autres :

  • Permettre la scolarisation des enfants. Mr le Maire vous devez être convaincu de la nécessité de scolariser ces enfants.
  • Proposer des aides matérielles avec les dispositifs du CCAS
  • Engager une réflexion pour reloger au mieux et au plus vite ces personnes dans des conditions décentes dans la métropole et donc aussi à Saint Médard en Jalles.

Dans ce caractère d’urgence sociale et humanitaire, notre devoir est de montrer qu’à Saint-Médard en Jalles, nous savons réagir très vite.

Dans le même esprit que celui qui avait caractérisé l’accueil de familles syriennes, nos 3 groupes sont prêts à s’associer et à participer à toutes les actions que la majorité municipale mènerait en ce sens.

C’est une question d’humanité. Mr Barat, tout à l’heure,  vous avez présenté les actions solidaires de la ville. Nous espérons que vous saurez honorer cette humanité en veillant à ce que le CCAS s’occupe comme il se doit de ces familles en situation d’urgence. Mr Mangon, oui, la société est défaillante mais vos propos sont choquants.

Nous sommes choqués mais pas surpris.