Déplacement du pôle jeunesse, et après ??

 

INTERVENTION Véronique DURAND concernant l’ouverture d’un pôle jeunesse sur la commune.

Bien sûr, nous voterons pour cette délibération. Dire qu’il aura fallu attendre au moins 18 mois pour déplacer ce qui existait déjà, en mettant plus ou moins « en berne » ces services : espace jeunes, Bureau Information Jeunesse,  Mission Locale.

Nous aurions besoin de précisions :

Vous dites que ce projet portera une attention particulière pour les publics les plus en difficultés. Qu’entendez-vous par les plus en difficultés ?

Concernant les médiateurs, puisqu’ils auront un bureau : 

Au dernier conseil de Quartier Ouest, une habitante a fait état d’incivilités (alcoolisation, rodéos, nuisances sonores…) occasionnées par des groupes de jeunes au niveau de l’ASCO qui perturbent le voisinage. Apparemment, rien n’est encore fait en matière de prévention et de médiation auprès de ces groupes de jeunes ?

Vous avez répondu Mr le Maire qu’il ne faut pas interdire de tels regroupements, nous avons tous été jeunes mais qu’une approche pédagogique serait préférable à la répression. Jusque là, nous sommes d’accord. Mais après ça se corse…Car vous enchaînez en annonçant l’installation prochaine de vidéos à l’ASCO… Bien, mais cela ne fera que déplacer le problème et ça ne résoudra absolument pas le fond. Ce n’est pas pédagogique.

Quand le problème sera déplacé, où iront ces jeunes ? Comment les rencontrer pour amorcer un prétendu travail pédagogique ?

Au-delà d’un bureau à l’étage pour les médiateurs, très facile à réaliser, quid d’une prévention/médiation réelle de terrain ? Quelle approche auprès des jeunes proposez-vous ? Quelles compétences de rue et de terrain, en dehors de la gendarmerie, proposez-vous pour intervenir sur les regroupements de jeunes et faire de la pédagogie, plus particulièrement en soirée, sur des lieux en retrait ? Sachant que les médiateurs actuels ne peuvent pas tout assumer sur la ville.

Vous êtes arrivés en 2014 et 4 ans après, nous n’avons toujours aucune garantie de résultat, quant à l’équilibre entre prévention, répression, dissuasion et médiation dont vous vous vantez en prétendant l’intégrer dans une politique volontariste et globale.