Rythmes Scolaires

 

Intervention de Véronique DURAND  à la demande de la majorité municipale de revenir à la semaine de 4 jours dans les écoles de Saint-Médard-en Jalles.

Des personnalités (universitaires, neuro-psychiatre, sciences de l’Éducation, CNRS, Académie Française, Éducation Nationale) disent non à la semaine de 4 jours et lancent un appel aux maires dans le Figaro du 11 octobre.

Un constat : 162, c’est le nombre de jours par an passés en moyenne par un élève français dans le primaire en 2014. « Chez nos voisins, c’est entre 180 et 200 ». Choisir la semaine de 4 jours réduit d’une vingtaine le nombre de jours passés à l’école en un an.

Selon les chiffres de l’Organisation de Coopération et de Développement économique (OCDE), la France est en effet le seul pays de l’OCDE (qui compte 35 membres) à dispenser moins de 5 jours d’enseignement dans ses écoles primaires publiques. Les autres Etats fonctionnent tous avec une semaine de cinq jours.

Monsieur le Maire, une commission sénatoriale s’est également penchée pendant près de six mois sur la réforme des rythmes scolaires, entrée en vigueur en 2013, afin d’en dresser le bilan.

Leur rapport sénatorial (juin 2017), intitulé « Rythmes scolaires : faire et défaire, en finir avec l’instabilité », préconise au contraire « de ne pas revenir sur le principe de la réforme, compte tenu des inconvénients de la semaine de quatre jours » pour le rythme et la qualité  des apprentissages, au nom de ce besoin de stabilité et des effets néfastes de ces semaines trop ramassées sur quatre jours ».
Le Conseil supérieur de l’éducation, le Conseil national d’évaluation des normes (CNEN) rejettent aussi le projet de décret. Toutes ces personnalités avancent dans leur rapport le besoin de stabilité des enseignants, des enfants et des parents.

En parallèle, l’Académie Nationale de médecine, une référence non négligeable, a aussi constitué un groupe de travail chargé d’apprécier l’aménagement du temps scolaire sur la santé de l’enfant. Elle alerte les pouvoirs publics et les parents sur :

  • Le rôle néfaste à cet égard de la semaine dite de quatre jours sur la vigilance, la fatigabilité et les difficultés d’apprentissage ;
  • L’importance de la prise en compte des rythmes biologiques et psychophysiologiques de l’enfant;

A Saint-Médard En Jalles, la précédente municipalité, prenait en compte toutes ces recommandations. Nous avions une véritable volonté politique de placer l’enfant au cœur de son lieu de vie, de préserver sa stabilité, de l’inclure dans un processus de lien social, de lui offrir de vrais choix d’épanouissement, de favoriser sa citoyenneté et d’enrichir son environnement. Les Temps d’Activités Périscolaires (TAPS) permettaient de rétablir l’égalité pour les enfants scolarisés mais visaient aussi à favoriser leur intégration avec la gratuité pour tous. Au départ, les enseignants étaient contre puis ils ont commencé à témoigner des bienfaits de la nouvelle organisation.

Cette mise en place de la semaine de 4,5 jours, co-construite avec les enseignants, avait demandé un réel travail de fond pour adapter les cours afin d’être plus efficace auprès des enfants.

Dèjà, Monsieur le Maire, quand vous étiez dans l’opposition, vous vous opposiez systématiquement aux nouveaux rythmes scolaires. Dès votre élection, en 2014, vous vous êtes donné tous les moyens pour mettre cette organisation en échec. En effet, vous vous êtes empressé de rendre payants les TAPS et de les supprimer les vendredis après-midi.

Dans votre délibération, vous prétendez « avoir recueilli l’avis de l’ensemble des équipes enseignantes et que la quasi totalité de celles-ci souhaite revenir à la semaine de 4 jours ». Nous vous trouvons bien présomptueux, nous vous demandons de nous fournir des éléments tangibles et un résultat chiffré de l’enquête auprès des enseignants. D’autant plus que toutes les écoles n’ont pas encore rendu leurs avis.

A propos de votre pseudo questionnaire à l’intention des parents:

Vous n’avez posé qu’une seule question : « Etes-vous pour la semaine de 4 jours ou 4 jours 4 jours ½.? ».

Vous posez 1 seule question, sans évoquer les conséquences éventuelles pour les familles d’un retour à 4 jours : suppression des TAPS, quelles nouvelles conditions d’accueil les mercredis et en semaine…

De plus, ces résultats ne sont pas représentatifs de l’ensemble des parents, d’autant plus que beaucoup témoignent ne pas avoir eu connaissance de votre enquête.

Nous vous interrogeons :

  • Quelles seront les conséquences pour les enfants dont on dit souhaiter l’intégration et pour qui l’école sera moins présente dans leur vie ?
  • Qui peut affirmer de bonne foi que des heures cumulées en fin de journée seront favorables à l’équilibre de l’enfant ?

Vous voulez revenir en arrière, sans avoir au préalable réfléchi aux conséquences pour les enfants et sans faire aucunes propositions quant à la préservation d’un développement équilibré de l’enfant. Ce retour aux 4 jours signifie un réel recul de votre offre de service.

Mais, la rentabilité étant votre seul but, nous constatons qu’à aucun moment, l’intérêt de l’enfant n’est mentionné. Vous balayez d’un revers de main tout le travail accompli précédemment.

En ce qui concerne les moyens, d’autres communes, contrairement à vous, ont choisi de rester à 4,5 jours et l’assument très bien. C’est un choix politique…

L’enfant doit être au centre de la réflexion. Nous défendons une organisation répondant aux besoins des élèves avant tout. Les journées de 6 heures de classe, sont trop longues, fatigantes et par conséquent contre-productives.

Nous voterons contre la semaine de 4 jours.