M Mangon insulte une élue en plein conseil municipal

L’opposition municipale a connu avec l’arrivée de M Mangon , en 2014, à la tête de la mairie l’ironie, la suffisance, la condescendance et même le mépris.
Au cours du dernier conseil municipal du 7 février un nouveau degré a été franchi par M Mangon, une élue de notre groupe a demandé à M Mangon  le sens qu’il fallait donner au vote qu’il avait émis au Département lors du vote du budget. Il faut rappeler que M Mangon, conseiller départemental,  a été le seul élu de droite à voter avec  le FN contre ce budget alors que l’opposition de la droite républicaine s’abstenait. Elle s’interrogeait sur l’éventuelle « porosité » qu’il fallait chercher  entre ce vote et le FN ? Cette élue se positionnait donc clairement,  dans le champ du politique pour demander à un élu d’expliquer son choix dans une question fondamentale : le vote d’un budget.

Dans sa réponse M Mangon a déclaré :

 » Madame Durand, je trouve votre intervention tout à fait à la hauteur de ce que je pense de vous. Elle est minable donc je n’y répondrai pas c’est de la merde en boite. »

Des mots jamais entendus dans l’enceinte de ce conseil, c’est par l’injure que désormais M Mangon  répond  aux questions de l’opposition  municipale. Ces propos pourraient être vérifiés sur la vidéo des débats du Conseil  mais, comme par hasard, ce passage est inaudible, brouillé par un bruit de fond.(voir la vidéo)
Après l’injure, la censure.
Au milieu de son mandat, M Mangon constate amèrement que ses projets n’avancent pas comme il l’imaginait :
-Le projet de constructions sur le secteur L e Bourdieu Cassey-Vinay a été rejeté par le commissaire enquêteur   (trop d’ambiguïtés, procédé brutal et injuste d’expropriation).
-Le projet de la « rénovation » de la place de la République est rejeté par les commerçants, les clients (pétition ayant recueilli plus de 3000 signatures en quelques jours),sans parler du devenir incertain du marché du samedi, du  coût démesuré pour la commune, de la suppression de places de parking et du  rachat de terrains à proximité à prix d’or pour recréer des places (870 m2 pour 280 000€).
-Le projet du tramway par la piste cyclable remis en cause par des projets  de tracés alternatifs.
-Le coût d la communication-propagande que les saints médardais ne supportent plus.
M Mangon découvre que les habitants ne veulent pas de ses projets pharaoniques, que les promesses de sa campagne électorale étaient trompeuses.
Après les propos de M Mangon, nous sommes encore plus déterminés à présenter le vrai visage de cette majorité municipale, nous travaillons les dossiers, nous posons des questions, nous jouons pleinement notre rôle d’opposants  soucieux de la gestion des deniers publics et de l’intérêt des projets municipaux pour les saints médardais. Nous venons de saisir le Préfet et le Président de la Chambre régionale des Comptes sur l’utilisation de fonds publics et de personnel municipal à des fins partisanes.
Afin de marquer un coup d’arrêt à cette escalade de M Mangon, l’opposition va demander, lors du prochain conseil municipal, que ces mots soient retirés et  qu’il  soit présenté des excuses à notre collègue élue.