Temps d’Activité Périscolaire (TAPS) : 2016 Les familles passent à la caisse.

Le maire et sa majorité décident de faire payer les TAPS. Pour se justifier et se donner bonne conscience, ils dénoncent à « grands cris » le désengagement de l’Etat.
Pourquoi cet argument n’est-il plus d’actualité quand, en parallèle, les dépenses de la ville en communication et évènementiels, triplent ?
Alors que le service Education subit des coupes budgétaires drastiques ? Parce que, c’est leur choix politique !
Leur décision : la facturation des TAPS se rajoutera à une baisse de dotation par enfant dans les écoles de 10,50 à 8 €, une augmentation des tarifs de la cantine, la diminution du budget annuel des bus pour les sorties pédagogiques, une diminution des places pour les stages et les colonies de vacances.
Leur conduite des « pseudos réunions de concertation » ont heurté les parents d’élèves.
Leur démarche mercantile, intéressée, mise sur la démobilisation des parents, faute de moyens : à terme, moins d’enfants inscrits, moins d’animateurs = moins de charge pour la Mairie ! Un abattement de 20 % sur les tarifs est proposé, sans doute les promotions de Noël !
N’y-a-t-íl pas une ambiguïté, de demander aux professeurs des écoles d’inciter certains élèves à participer au Parcours de TAPS Spécifiques et de faire payer leurs familles ? Les enseignants de l’école publique gratuite sont-ils d’accord ?
C’est remettre en cause la participation égale de tous les enfants, la gratuité des apprentissages et réduire considérablement un accès le plus large à la découverte d’activités culturelles, sportives et citoyennes.
Avec cette nouvelle majorité, rien ne doit être gratuit ! Attendez-vous au pire !
Nous n’aurions jamais fait payer les TAPS !
Nous vous souhaitons une bonne année 2016.

Continuez à suivre notre actualité, rejoignez-nous sur notre site : http:///:saintmedardsolidaire.com

Bernard Cases, Bruno Cristofoli, Véronique Durand, Jacques Guichoux, Dahbia Rigaud.